Génétique et révélations

Les références à la génétique sont partout. Elles sont dans les débats actuels sur la loi relative à la bioéthique. Elles sont dans l’approche médicale après la découverte des composantes génétiques d’un certain nombre de maladies. Elles sont aussi dans les ambitions du transhumanisme qui veut améliorer par la génétique les performances humaines. Enfin, on les retrouve encore dans les différents organes de la société où on parle de l’ADN d’une entreprise, de l’ADN d’un peuple, etc.

La compréhension des mécanismes génétiques suscite de nombreux espoirs pour des patients en quête d’un diagnostic, d’une compréhension de leur état de santé. Elle suscite également de nombreux fantasmes vers une prédiction de son état de santé futur, voire une maîtrise de sa santé et même de ses performances physiques et intellectuelles.

génétique : machines de séquençage du génome
Machines de séquençage du génome

Mais la génétique ôte-t-elle tous les voiles de notre existence ?

Diane Van Haecke d’Audiffret, Docteure en philosophie pratique et Co-fondatrice de UP for Humanness nous propose de réfléchir à cette question. En effet, Dans cet article pour la revue Médecine et Philosophie intitulé Génétique ou ôter le voile d’Isis ? , elle nous fait plonger aux sources de la génétique et de ses révélations.

Au-delà des savoirs que la recherche en génétique pourra encore nous offrir, elle nous révèle la part de mystère qui subsistera toujours. La génétique nous révèle notre unicité comme nos liens par de nombreux gènes partagés d’un être à l’autre. La génétique nous révèle également la vulnérabilité du génome à notre environnement, notre mode de vie, etc., soit l’impossible réduction d’une destinée humaine à un destin génétique.

Innovation lyonnaise

La Chaire expérimentale universitaire IRH (Innovation, Responsabilité, Humanité) a inauguré sa 2e année le lundi 30 septembre à Lyon.

Inauguration

Cette leçon inaugurale s'est déroulée en présence de Marc Renart, parrain de la promotion 2019-2020.
Directeur du programme Devenirs des foyers Matters, il travaille au quotidien avec les sortants de prisons et jeunes sous main de justice. L'objectif de ce programme est la réinsertion réussie, sans récidive.

Nous avons également eu la chance d'écouter Jean-Marc Potdevin, fondateur du réseau et de la plateforme Entourage. Lui travaille avec les sans-abris, autour de la recréation du lien social dont l'absence mine les personnes à la rue.

Pendant la soirée, nous avons aussi écouté les quatre co-titulaires de la Chaire Innovation Responsabilité Humanité et grandement apprécié les talents lyriques de Maud Hertz.

Jean- Marc Potdevin (Entourage) à gauche, et Marc Renart (Devenirs Matters), deux exemples d'innovation réussis
Jean-Marc Potdevin (à g.), fondateur d'Entourage et Marc Renart, parrain de la promotion 2019-20 et président de Devenirs Matters ; deux exemples d'innovation réussis

Innovation de l'année 2019-20

Les étudiants de l'Université Catholique de Lyon (UCLy) sont à nouveau invités à participer aux enseignements, recherches, et temps de service proposés par UP for Humanness. Les associations et leurs membres sont également les bienvenus pour cette année de formation différente. Mais l'innovation majeure cette année, c'est que tous les étudiants sont concernés. L'an dernier en effet, seuls ceux de la faculté de droit avaient eu l'opportunité d'en profiter.

Bilan de la première année

Les étudiants en licence de droit qui participaient à la première année de la Chaire IRH en 2018-2019 nous ont remis leur mémoire de fin d'année. Il se dégage de l'ensemble un véritable impact pour chacun. En effet, l'engagement pris dans les diverses associations partenaires ont fait évoluer leur pensée. Leur choix de carrière, s'il est toujours le même, s'est enrichi d'un nouveau point de vue. Ces expériences de service ont ancré leur réflexion dans le réel et ont nourri l'idée qu'ils ont de leur futur métier.

L’humanité comme lien

Le travail se poursuit pour le groupe de recherche du séminaire "Cultures & Développement Economique". En effet, pour la séance de travail du 24 mai 2018, le thème de l'humanité et spécifiquement du lien a été abordé avec les quatre sous-thèmes suivants :

  • Avec Yves Berthelot : "l’humanité comme lien entre petite et grande échelle",
  • Jean Tonglet : "l'humanité comme lien entre culture et développement",
  • Antoine Guggenheim : "l'humanité comme lien entre tradition et modernité",
  • Zoé Noël et Fodé Sylla : "l'humanité entre art et langages".

Ces sous-thèmes ainsi qu'un témoignage sur les "Droits de l’homme" vus de Chine nous ont aidés à formuler certaines grandes questions que la société peut se poser pour replacer l’humain et la culture au cœur des décisions qu’impose le développement économique.

Les intervenants du groupe de recherche ont mentionné différents points :

  • l’importance de la spiritualité chez les personnes en marge des grands développements
  • l’appréhension du dialogue selon les cultures
  • la réflexion à avoir pour mener une action collective et pour que les recherches en ce sens aient une portée universelle.

Le pari est que la mise-en-réseau d’actions ponctuelles ou régulières ainsi que leur valorisation est la clé ! En effet, elle pourra permettre à une "toile de solidarité" d’être efficace pour -et grâce à- l’humanité.

Synthèse du séminaire du 24mai18 - Humanité comme lien

Il était trois fois

RCJ, en partenariat avec Radio Notre Dame, propose depuis plusieurs années une émission inter-religieuse qui interroge une fois par semaine des sujets de société : la place des femmes dans les religions, la place du sacré, le blasphème, le dialogue entre les trois religions, les prophètes....

Pour témoigner, comparer, échanger ou changer les points de vue, trois intellectuels se partagent la parole : Kahina Bahloul, Jean-François Bensahel et Antoine Guggenheim pour UP for Humanness.

L'animation de l'émission est assurée par Paule-Henriette Lévy (RCJ).

Etats Généraux de Bioéthique

La consultation en ligne menée lors de ces États Généraux de Bioéthique a permis de récolter 64.985 contributions qui ont elles-mêmes généré 832.773 votes d'internautes intéressés et concernés par les débats. L'intégralité du rapport officiel, qui reprend également les contributions lors des débats en présentiel organisés en régions, est disponible ci-dessous.

Etats généraux de la bioéthique, la suite !

Le Comité Consultatif National d'Ethique posait au printemps la question à tous les français : "Quel monde voulons-nous pour demain ?".

À la lecture du rapport de synthèse -paru en juin- sur ces États Généraux de Bioéthique, nous ressentons un certain vertige face à ces questions nombreuses qui interrogent chacun de nous profondément puisqu'elles parlent de notre santé, de nos enfants, de notre mort, etc.

Nous proposons ici un éclairage pour encourager chacun à la réflexion et pour rechercher ensemble nos points d'appui qui construisent durablement et humainement le monde de demain.

Notre éclairage !

Etats généraux de la bioéthique

Ces états généraux abordent neuf thèmes auxquels chacun d'entre nous peut contribuer :
  • cellules souches et recherche sur l'embryon
  • examens génétiques et médecine génomique
  • dons et transplantations d'organes
  • neurosciences
  • données de santé
  • intelligence artificielle et robotisation
  • santé et environnement
  • procréation et société
  • prise en charge de la fin de vie
Il est possible de participer au débat jusqu'au 30 avril 2018, date de la fin de la consultation.
Pour aller plus loin, retrouvez Les enjeux du débat, une note de Diane d'Audiffret suite à la conférence inaugurale des Etats Généraux et l'article publié dans la revue Médecine de l'Homme par Diane d'Audiffret et Antoine Guggenheim.

Thématique : Développement, ignorance et droit

- Education et transmission
- Savoir, éducation et droit au savoir : clé du changement ?
- Quart-Monde : sortir du cercle de la pauvreté
- La connaissance qui élève : la culture comme chemin de vérité et d’humanité
- Construire son autonomie avec d’autres
- Les temps et moments des oeuvres longues

Thématique : Altérité et identité

- Du rapport « dominant (aidants) / dominé (aidés) à la relation de partenaires (Montessori)
- Le travail de la relation et la reconnaissance de l’autre (Levinas)
- Décentrement – Recentrement : se placer en serviteurs inutiles (Wresinski – Lebret)
- Chercher le commun dans les interstices
- Ecouter l’existant : aller à la source et non être là-haut