L’écologie n’est pas la priorité des quartiers « prioritaires » …

par | 28 Juin 2024 | Insertion durable, Vie associative

Article publié dans la revue Pour un monde plus humain de UP for Humanness en avril-juillet 2024

Au cœur des cités, l’écologie n’est pas la priorité des habitants. Engagé avec sa femme et ses enfants depuis plus de deux ans dans l’association Le Rocher, Baudoin de Pommerol tente d’intégrer l’enjeu écologique à sa mission qui est de vivre, grandir, et bâtir avec les habitants des cités.

Se nourrir et nourrir sa famille, avoir un toit, trouver un emploi et continuer d’aller à l’école pour décrocher un premier diplôme. Voici sans doute les priorités des habitants du quartier de la Beaucaire à Toulon où nous vivons depuis plus de deux ans, priorités probablement partagées dans d’autres quartiers prioritaires en France. Alors quand un projet autour de l’écologie est proposé aux habitants, au mieux il est reçu par un désintérêt poli mais le plus souvent ce sont des rires moqueurs insinuant que le projet est hors de propos…

Les opportunités de projets et de bonnes pratiques à partager auprès des habitants seraient pourtant nombreuses. Il n’y a qu’à constater ce qui est visible quand on se promène dans les rues au milieu des tours : déchets à même le sol, poubelles brûlées, espaces remplis de papiers et plastiques, conteneurs de tri sélectif peu ou pas utilisés ou encore plates-bandes en bord de chemin réduites à de longues bandes de terres en jachère. Malgré une présence quotidienne des équipes de nettoyage des halls d’immeubles et de la voierie et la présence de divers agents d’entretien des espaces verts habilités par la mairie et l’office HLM, force est de constater que les efforts et le travail pour assurer un quartier propre est rendu difficile voire impossible face aux incivilités en matière de gestion des déchets et aux comportements irresponsables de certains. Cela sans compter les mouettes et autres volatiles qui se repaissent des poubelles éventrées et autres restes de nourriture.

Face à ce constat peu optimiste, plusieurs choix sont possibles : la résignation (« à quoi bon ? on ne pourra pas faire changer le comportement de tous »), la colère (en allant jusqu’à chercher l’identification des locataires responsables des incivilités) ou bien l’exemplarité et l’invitation à adopter des comportements différents.

Cela peut se traduire par des moyens très simples comme en incitant les jeunes et les familles venant au Rocher à trier les déchets dans les poubelles adéquates présentes dans le local, surtout les papiers d’alimentation jetés négligemment par terre en prétextant que quelqu’un d’autre pourra le ramasser à leur place. Cela peut également passer par un apprentissage d’une juste consommation d’eau, de feuilles de papier et d’autres consommables en soulignant l’importance de la préservation des choses, les richesses n’étant pas infinies.

À tous ces petits moyens du quotidien peuvent s’ajouter des expériences ou projets plus significatifs et engageant comme des clean-walk (marche de ramassage des déchets) que nous avons pu mettre en œuvre avec des collégiens et lycéens à raison d’une à deux fois par an. Nous avons également mis en œuvre un projet de végétalisation d’un chemin avec le concours des habitants et d’une association partenaire, la Ligue de Protection des Oiseaux PACA.

En effet, le long du local du Rocher se trouve un chemin, qui est emprunté quotidiennement par une centaine de familles du quartier se rendant aux écoles élémentaires et primaires de la Beaucaire. Ce terrain dispose de quelques espaces végétalisés avec des arbustes et plusieurs arbres qui jalonnent le sentier. Ce sentier fait partie des voies piétonnes les plus empruntées du quartier. Bien qu’entretenues ponctuellement par les équipes des espaces verts de la ville, les espèces végétales sont assez rares et ce sont le plus souvent des restes de goûters ou de canettes qui embellissent le sentier !

Fort de ce constat, nous avons décidé avec l’aide de l’association de la LPO de mener un projet très concret de végétalisation du sentier afin de l’embellir et d’y favoriser la biodiversité. Ce projet en plus d’être bénéfique pour la faune et la flore est surtout une belle occasion pour sensibiliser les habitants, petits et grands, sur l’importance de la préservation du domaine public, de la nature et des risques de la pollution de l’Homme sur ces espaces.

Aussi pendant trois journées des vacances de la Toussaint 2023, une trentaine d’enfants et d’adultes du quartier, ont désherbé, nettoyé puis planté diverses variétés de plantes méditerranéennes. L’exercice est à la fois simple et ludique car tout en bêchant la terre, ce fut l’occasion d’initier les jeunes et les adultes à la biodiversité, la présence des insectes vivant dans les végétaux et les interactions avec l’environnement plus global. Le dernier jour, les enfants ont même pu fabriquer des nichoirs et des abris pour les hérissons.

Le projet ne s’est pas terminé là car depuis ce jour et pendant six mois, à chaque séance d’accompagnement scolaire au Rocher, deux enfants vont à tour de rôle arroser les plantes afin de les entretenir et favoriser leur croissance.

Une deuxième phase du projet est prévue en novembre 2024 afin de poursuivre la réhabilitation du reste du chemin. In fine il est prévu la confection de panneaux explicatifs installés le long du chemin pour illustrer les travaux qui auront été mis en œuvre par les jeunes et leurs familles.

 

 

Baudouin de Pommerol

Avec son épouse, il est responsable d’antenne au Rocher de Toulon la Beaucaire. Arrivés en septembre 2021 pour vivre dans le quartier, ils sont en mission avec leurs 3 enfants. A ce titre ils ont en charge le management d’une équipe de volontaires en service civique et de nombreux bénévoles. Ils organisent les activités et déploient l’antenne du Rocher en veillant à sa solidité financière, juridique, administrative et matérielle. Ils se chargent enfin de la promotion des actions auprès des mécènes et institutionnels.

Poursuivez votre lecture 📖

Des politiques loin des besoins… et des citoyens

C’est dans les années 1980 qu’on a, pour la première fois, parlé d’une nouvelle pauvreté, puis des exclus. C’est le moment où on a commencé à parler des personnes sans domicile fixe et où plusieurs associations se sont consacrées complètement (les Restos du Cœur) ou partiellement (Emmaüs, Secours Catholique, Aurore…) à ces populations. Quarante ans après, où en est-on ?