“Couturiers de la fraternité”

par | 13 Juil 2017 | Insertion durable

Nous avions porté il y 6 mois la naissance d’un partenariat entre la Synagogue Copernic et le foyer de l’Arche “L’Archipel” de la rue Boissière dont l’ambition est de rendre le quartier plus fraternel.
Pour leur 4e rencontre, vendredi 30 juin 2017, la Synagogue Copernic invitait les membres du foyer L’Archipel et les acteurs de UP for Humanness à célébrer le Chabbat et partager le Dîner Chabbatique avec une trentaine de fidèles. Moment unique de joie simple, de partage, un de ces moments où les lendemains nous semblent plus prometteurs pour l’humain.
Après le bel office, les rabbins Philippe Haddad et Jonas Jacquelin prononcent le Kiddouche, le pain est découpé et trempé dans le sel et partagé en prononçant la bénédiction Hamotsi et le Dîner Chabbatique démarre dans la convivialité.
Stephan Posner (directeur international de l’Arche), Benoît Cazalaà (responsable du développement L’Arche à Paris) et Laura Tiltmann (responsable du foyer L’Archipel) présentent l’Arche, ses activités et les membres présents du foyer.
Jean-François Bensahel, Président de la Synagogue, rappelle sa volonté à ce que nous soyons ensemble, dans nos différences, acteurs pour la cité au-delà de nos communautés en remerciant UP for Humanness d’être des “couturiers de la fraternité”.
Le dîner se poursuit dans la joie de la rencontre et des échanges. Philippe Haddad et sa guitare nous font chanter et danser, et Eugène, résident du foyer entonne Amazing Grace avec sa magnifique voix de crooner.
La soirée se termine, les visages heureux, avec la lecture de l’Hymne de UP for Humanness et sont présentées les prochaines étapes de la construction du projet pour le quartier avec notamment une conférence bientôt avec Jean Vanier, fondateur de l’Arche.
3

Poursuivez votre lecture 📖

Calendrier des Étincelles

Des politiques loin des besoins… et des citoyens

C’est dans les années 1980 qu’on a, pour la première fois, parlé d’une nouvelle pauvreté, puis des exclus. C’est le moment où on a commencé à parler des personnes sans domicile fixe et où plusieurs associations se sont consacrées complètement (les Restos du Cœur) ou partiellement (Emmaüs, Secours Catholique, Aurore…) à ces populations. Quarante ans après, où en est-on ?

S'abonner à la newsletter de UP for Humanness

Tous les mois, on vous prépare le meilleur contenu pour vous informer et vous inspirer !

Bravo, votre souscription à la newsletter est validée !